Apprenez à défusionner de vos pensées !

Confiance en soi, troubles du comportement
black and white blackboard business chalkboard

Doit-on se saisir de toutes nos pensées ?

Le cerveau est une usine à produire des pensées. En bon gestionnaire, le directeur d’usine sait que son objectif est de répondre à la demande. Si vous vous saisissez de toutes ses productions, même les plus inadaptées à vos besoins, il va vous en donner toujours plus.

C’est ainsi que l’on pourrait décrire le mode de fonctionnement de notre cerveau, et des interactions entre notre conscience et notre inconscient.

Contrairement à l’opinion commune, on ne peut pas se débarrasser de nos pensées négatives parce qu’on le décide. C’est comme ne pas visualiser instantanément un dragon, si je vous raconte une histoire y faisant référence. Vous ne pourrez pas faire autrement, le cerveau fonctionne ainsi, c’est une machine à produire des images, pour illustrer les pensées et ces pensées ne viennent pas de ce que vous souhaitez.

Une grande vague a tenté de faire croire à cette vaste supercherie, qu’il suffirait de penser très fort quelque chose pour que cela se réalise … Le penser ne suffira jamais, il va falloir vous mettre en action : c’est ça le vrai secret !

Alors, autant vous préciser tout de suite qu’il va vous falloir composer avec vos pensées et apprendre à les accepter pour ce qu’elles sont : des pensées, c’est-à-dire des choses que votre cerveau fabrique, dont vous n’avez pas réellement besoin, mais qu’il va chercher à vous imposer quelques temps, pour écouler sa production. Il cessera lorsqu’il prendra conscience qu’il se garde son stock sur les bras ! Car c’est là que réside le vrai secret : vous pouvez ne donner à vos pensées que le simple statut de pensées et cesser de croire qu’elles puissent revêtir une forme de réalité. Pensez au dragon du début de cet article : vous savez que les dragons n’existent pas, pourtant, votre cerveau arrive parfaitement à produire une image précise de ce monstre à écailles des contes moyenâgeux !

La question est donc la suivante : voulez-vous que vos pensées vous influencent, avec tous les risques que cela engendre : Comme l’ange et le démon, elles vous parlent à longueur de journée, et vous pourriez vite vous laisser déborder par la cacophonie du débit de votre cerveau hyper efficace, dès qu’il s’agit de vous servir ses fonds de stocks périmés.

Défusionner de ses pensées, c’est, déjà, prendre conscience que VOUS N’ÊTES PAS VOS PENSÉES ! Pour vous en convaincre, je vous propose un petit exercice : prenez un bout de papier et écrivez le prénom de la personne que vous aimez le plus au monde. Ecrivez ensuite la phrase suivante : « je veux que prénom de cette personne meure ». Bien évidemment, vous n’en avez pas envie, c’est un exercice, mais vous pouvez l’écrire, donc le penser pour le poser sur le papier.

Cet exercice démontre que vous pouvez concevoir les pensées les plus terribles l’espace d’un instant, mais que ces pensées ne vous appartiennent pas. Cela démontre aussi l’impact de votre environnement extérieur pour construire un schéma vous menant à produire des pensées qui sont contraires à votre réalité. Il vous faut donc accepter de ne pas être maître de vos pensées, les prendre pour ce qu’elles sont, des pensées, et décider de les traiter pour telles, ce qui vous permet de décider si elles sont bonnes pour vous et de vous les approprier, ou si c’est le contraire, de les laisser là où elles sont, au rebu des malfaçons de votre cerveau.

Ces pensées négatives, souvent, sont issues de propos entendus, reçus d’autrui, rarement bienveillants, et, si on leur accorde une trop grande importance, mènent à une perte de confiance en soi et une dévalorisation. Il est donc primordial d’apprendre à les trier et s’en détacher.

Plusieurs exercices sont possibles, de la pleine conscience à l’aïkido verbal. Elles s’inscrivent, pour la plupart, dans le cadre d’une thérapie acceptation-engagement (ACT) ou d’un coaching.  Votre praticien saura détecter ces freins à votre progression et vous apprendre à les détecter et leur donner la place qui leur revient.

 

Etre Femme, être forte et être libre par l’ACT

Confiance en soi, Famille, couple

anne_zeroLa société impose une distinction aux petites filles, qui, devenues grandes, reproduisaient les schémas classiques imposés pas des millénaires de sociétés patriarcales. Comme l’explique Sylvie Ligier, dans son livre «  L’estime de soi : Petites astuces pour des filles déjà parfaites », les filles seraient reléguées à un rôle défini qui se traduit, dans leurs drivers personnels, comme suis : «  Pour les filles, le « sois gentilles » est souvent très présent. Ce sont souvent les femmes qui ont reçu ce message dominant qui ont le plus de mal à se défaire de sa prise de pouvoir réel. Le « sois gentille » sous-entend d’être douce et attentionnée, de faire passer les besoins des autres avant les siens, de rester à sa place et d’être humble, de ne pas se mettre en avant. Ainsi programmées, bien des femmes ont du mal à passer au stade « autorisation-ambition ». Cette petite voix, qu’un nombre de femmes perçoivent, leur dicte de rester à leur place et joue toujours son influence pernicieuse.

Même si les deux sexes ont une forte référence au « sois fort », probablement due à une société qui se durcie, dans les faits, ce résultat est à rapprocher des messages associés à chacun.

Pour les hommes, le « sois fort », s’associe au « fais plaisir » et au « sois parfait », lié à son rôle social. Tandis que pour la femme, c’est le « fait un effort » qui prédomine : elle doit savoir s’endurcir face à une réalité où toutes ses facettes sociales, familiales, professionnelles et domestiques, doivent cohabiter.

Le plus inquiétant, et qui est relevé dans l’ouvrage d’Élisa Brune, «  Révolution du plaisir féminin » est que la femme tourne toute son existence vers cette exigence d’effort pour tendre à la perfection, jusque dans sa sexualité et son accès à l’orgasme. L’auteur écrit : « Souci invraisemblable pour nos aïeuls, qui n’avaient jamais jeté un œil, mais parfaitement compréhensible sans un contexte social où de plus en plus d’images circulent, avec leurs messages contraignants induits, où les rapports sexuels impliquent très fréquemment des contacts bucco-génitaux ; et où les femmes ont moins peur de s’examiner sous toutes les coutures. De ces évolutions inexorables se dégage fatalement un idéal, et donc un conformisme, de la jolie vulve (…) nette et propre, sans aucun poil ni rien qui dépasse. Un sexe de petite fille, en d’autres mots. La valorisation des femmes-enfants ne date pas d’hier et mériterait qu’on s’y attarde (tout ce que cela dit sur la négation du féminin au sens plein). (…) : les femmes qui ne possèdent pas cette vulve idéale peuvent en concevoir du chagrin – chagrin qui vire parfois au complexe grave et au blocage de la vie sexuelle».

La femme, contrainte de la sorte à cet ordre de perfection est sur-consommatrice de magazines féminins qui lui imposent la loi de cet effort immense pour être forte et parfaite en tout, elle s’impose tout, jusqu’à la chirurgie esthétique, dont elle est la principale consommatrice, et, cela s’observe depuis quelques années, de plus en plus jeune … jusqu’à son anatomie intime !

La société contemporaine est loin de s’être éloignée des distinctions que la religion, puis les différents courants différentialistes, ont imposé aux individus. Il suffit d’un passage dans les rayons des grandes surfaces de jouets pour s’en convaincre : rayon des filles/rayon des garçons, jeux d’imitation déterminant à vie le rôle social, valorisant pour l’homme à venir, enfermant pour la petite fille, layette rose ou bleue, tout est joué d’avance dès le berceau.

Les femmes, contrairement à ce que l’on voudrait croire, sont loin de s’être désincarcérées de la boîte hermétique dans laquelle les hommes, puis la société, les ont soigneusement emprisonnées. Les stéréotypes ont la peau dure !

En effet, vivre la vie de femme peut être perçu, par certaines, comme partir avec un handicap, dès la naissance. Au contraire, c’est une chance, chance de donner la vie, notamment, et de choisir la sienne, depuis peu.

Pourtant, il faut bien l’admettre, les choses ne sont pas simples. Comme le disais Simone de Beauvoir, « on ne nait pas femme, on le devient », mais c’est souvent sous la pression d’une société qui veut vous faire entrer dans la case qui doit inévitablement vous assigner à un rôle, une fonction, dont il est terriblement difficile de s’émanciper, tant même notre propre inconscient peut nous dicter le contraire de ce qui est bon pour nous ! Modèle social, culturel, cultuel, tout nous renvoie à ce statut de femme, de gardienne du logis, de matrice soumise aux hommes de sa tribu.

Parce que ma vision de la société, ma vision de la femme, comme égale de l’homme, comme partie intégrante d’un tout qui a un rôle déterminant à jouer dans l’avènement d’une humanité meilleure, plus éclairée, universaliste, car considérant qu’un humain égale  un autre être humain, peu importe son sexe, sa couleur ou sa religion, est celle-ci, j’ai décidé de me mettre au service des femmes.

Les techniques comportementales et cognitives, comme la méthode ACT, sont des outils performants et scientifiquement éprouvés, pour donner les clés aux individus, et plus particulièrement aux femmes que j’ai décidé d’accompagner, pour mieux s’affranchir des clichés, c’est leur donner le droit de se penser fortes et capables, capables de tout, capables de n’importe quoi, mais capables de décider de ce qu’elles veulent pour elles ! Parce qu’il n’y a rien de plus beau qu’une femme qui s’assume, qui ose et qui fait !